Food Biz
Join our community

Sept conseils pour faire de votre restaurant éloigné une destination

017_Lacroix_YFM Spring 2014_Closeup QC

Gérer un restaurant de distinction dans une splendide pourvoirie est un rêve devenu réalité pour Janis Lavoie et Sylvain Audet. Le Champêtre gagne rapidement en popularité auprès des touristes et des locaux à la pourvoirie idyllique des Îles du Lac Duparquet en Abitibi-Ouest.

par Julie Gedeon

Située à 50 kilomètres au nord de Rouyn-Noranda et à 160 kilomètres à l’est de Timmins, la pourvoirie se trouve au bord d’un lac de 12 km2 comptant 135 îles, y compris trois réserves écologiques avec certains des plus vieux arbres au Québec.

Mme Lavoie et M. Audet savaient qu’ils venaient de découvrir le prochain chapitre de leur vie lorsqu’ils ont vu le bâtiment principal abritant un restaurant et 10 chambres de motel ainsi que quatre chalets sur une plage de sable blanc. «Après environ deux ans de recherche, nous savions que c’était le bon endroit, mentionne Mme Lavoie. La plupart des gens ralentissent à l’approche de la retraite, mais on voulait relever un nouveau défi après le départ de Sylvain de son emploi à Hydro-Québec cette année.»

La propriété avait été négligée après une faillite. Dès que le couple en a fait l’acquisition le 7 novembre 2012, ils ont investi près de 500 000 $ pour presque tout rebâtir avant la grande réouverture le 25 mai 2013. «Nous avons acheté beaucoup de bois pour conserver l’allure rustique, indique M. Lavoie, mais nous avons également incorporé de nouvelles caractéristiques, comme un foyer au gaz plus sécuritaire dans le hall et, bien sûr, de nouveaux appareils de cuisine.»

Ayant travaillé au sein de l’industrie de la restauration et des bars pendant la plus grande partie de sa vie, Mme Lavoie apporte une expérience appréciable. «J’apprends aussi très rapidement, dit-elle. Et, heureusement, Sylvain est très bon dans la cuisine.»

Le Champêtre offre tous les types de plats standards généralement proposés dans les centres de villégiature d’été et d’hiver : hamburgers, poutines, calmars, brochettes, soupes, pâtes, etc. «L’hiver, nous avons beaucoup de motoneigistes qui viennent prendre une bouchée sur le pouce, dit Mme Lavoie. L’été, nous avons beaucoup de familles en vacances avec les 160 terrains de camping tout près, donc nous devons offrir des aliments que les enfants aiment.»

Toutefois, dès jeudi 17 h, M. Lavoie concocte une table d’hôte pour la fin de semaine qui est toujours très spéciale. L’un des récents menus proposait des pennes avec du canard, du pesto et des légumes, une poitrine de poulet farcie d’un fromage local provenant de La Vache à Maillotte ou un filet mignon régional accompagné d’une compote de canneberges et d’oignons. Les favoris saisonniers incluent une assiette de choucroute lors de la Fête de la bière.

«Tous nos aliments sont très accessibles, mais nous voulons également que les gens aient l’occasion de déguster des plats différents de ceux qu’ils mangent à la maison grâce à nos aliments locaux et à notre ambiance, mentionne Mme Lavoie. Donc, ils se sentent en vacances, même si ce n’est que pour quelques heures.»

Ça fonctionne. Des gens provenant d’aussi loin que Montréal font de la pourvoirie une destination de fin de semaine ou de semaine. Les locaux appellent bien à l’avance pour réserver leur table préférée. «Abitibi-Ouest n’avait pas de restaurant au bord de l’eau avant notre arrivée, indique Mme Lavoie. Grâce à nos rénovations et à notre nouvelle terrasse, nous profitons pleinement de cette vue et des aliments locaux.»

Sept conseils pour trouver le succès en région éloignée :

Établissez des liens. Les fournisseurs locaux peuvent vous aider à planifier les menus les plus frais et rentables toute l’année.

Soyez organisé. De cette façon, vous pourrez évaluer rapidement le contenu des réfrigérateurs et des garde-manger.

Tenez des listes quotidiennes. Elles aident à éviter de manquer de quelque chose après une soirée exceptionnellement occupée.

Encouragez les réservations. Mentionnez comment elles sont appréciées.

Ayez des plans de secours. Prévoyez demander à des membres de la famille ou à des amis de ramasser un article s’il vous en manque.

Gardez un personnel sur appel durant les célébrations occupées des fêtes et d’autres occasions spéciales.

Ne gaspillez pas! Planifiez soigneusement les exigences alimentaires du restaurant et transformez les restants en délicieux potages ou ragoûts pour des spéciaux; Mme Lavoie ne jette presque jamais de nourriture.