Food Biz
Join our community

Les cinq plus importantes tendances dans les restaurants canadiens en 2014

Lorsqu’il s’agit des repas au restaurant, les préférences des consommateurs canadiens en matière de services alimentaires continuent d’évoluer, ce qui a plusieurs répercussions pour les restaurateurs. Technomic a identifié cinq tendances clés qui devraient jouer un rôle important pendant l’année qui s’en vient.

1. Vague de chaleur de l’Amérique latine et de l’Asie. Le sriracha, le piment fantôme et le kimchi ne sont que quelques condiments épicés que l’on retrouve de plus en plus sur les menus, car les plats ethniques de l’Amérique latine et de l’Asie sont encore tendance. Étant donné que les clients aventureux continuent de rechercher des plats plus épicés, les chefs continuent d’ajouter du piquant exotique à leur arsenal culinaire. Comptez sur les jalapeños et les piments chilis familiers et sur d’autres piments incendiaires moins connus comme les habaneros et le gochuchang coréen.

2.  Un p’tit goût surette. Au cours des dernières années, on a observé un intérêt de la part des consommateurs pour les saveurs sucrées, salées et umami. Aujourd’hui, les goûts surettes, qu’ils soient doux ou très intenses, sont très populaires et se retrouvent un peu partout sur le menu. Ces ingrédients à faire grimacer vont des fruits comme les canneberges et les agrumes aux cornichons salés et autres produits fermentés. Attendez-vous aussi à voir de plus en plus de plats ethniques surettes, comme le yogourt grec et le kimchi, de même que des boissons comme le kombucha et la bière aigre.

3. Les glucides réinventés. Depuis les bons pains et les frites de fantaisie jusqu’aux délicieuses nouilles asiatiques, les chefs présentent les glucides de nouvelles façons. Étant donné que les clients aiment bien se gâter, il faut s’attendre à la croissance continue des aliments tendance à forte teneur en glucides comme les nouilles Ramen, la poutine et les beignes de fantaisie. On verra aussi les chefs revisiter des plats traditionnels comme les pâtes, la pizza et les frites. La tendance aux glucides comprend aussi des pains hamburgers au bretzel et des sandwiches-gaufres.

4. Ce qu’il n’y a pas dans votre nourriture. Les restaurants font de gros efforts pour faire en sorte que certains ingrédients ne touchent pas à votre assiette. Et ils veulent que vous le sachiez. Que ce soit le sodium, les calories, le gras, les stéroïdes ou les OGM, les consommateurs tiennent compte plus que jamais de ce qu’il y a dans les aliments, lorsqu’ils prennent leurs décisions d’achat. Le gluten est le chef de file des ingrédients qui ne se sont pas au menu. On verra aussi un usage accru de descripteurs de menu comme «à teneur réduite», «à faible teneur» et «sans».

5. Le savoir-faire culinaire. L’importance que les consommateurs accordent aux aliments et boissons artisanaux et faits maison inspire les chefs à concocter encore plus de leurs propres produits sur place. Cette tendance du «faire soi-même» dans la cuisine s’inscrit dans la foulée des mouvements privilégiant le local et le naturel qui, depuis quelques années, ont aidé à rapprocher les consommateurs de leur environnement local. Les clients d’aujourd’hui sont fidèles à certains chefs qui font preuve de flair artistique culinaire en préparant des ingrédients comme des cornichons, de la bière et des amers à partir de rien.