Food Biz
Join our community

Comment les Canadiens définissent-ils une nourriture «santé»?

kids03

Selon le Rapport canadien sur les tendances en matière d’aliments santé, les consommateurs accordent de plus en plus d’importance à la santé et ils sont plus nombreux à rechercher des options santé à l’extérieur de la maison, mais leurs comportements et leur attitude face à la saine alimentation évoluent.

par Technomic Inc. 

Les consommateurs d’aujourd’hui privilégient une alimentation globale équilibrée qui leur permet de contrôler leurs choix et qui comprend des gâteries occasionnelles, surtout quand ils mangent au resto. Ils deviennent aussi plus préoccupés par ce qu’il y a dans leur nourriture et leurs boissons, mais ils refusent toujours de faire des compromis sur le goût.

«La transparence est maintenant un impératif et fait partie intégrante de l’approche personnelle des consommateurs envers la santé, affirme Sara Monnette, directrice principale,  Innovations et perspectives des consommateurs chez Technomic. Vous pouvez influencer la perception qu’ont les consommateurs de l’aspect «santé» d’un plat et faire augmenter vos ventes en leur communiquant des informations sur vos pratiques d’approvisionnement en ingrédients et les attributs santé du plat. Ce rapport explore ce qui deviendra la nouvelle norme : des informations nutritionnelles et fonctionnelles ainsi que la prolifération d’ingrédients sains — le prochain niveau de la nourriture fraîche et naturelle.»

Voir le résumé graphique (en anglais uniquement) : Rapport canadien sur les tendances en matière d’aliments santé

Voici quelques constatations intéressantes de ce rapport :

  • Un très grand nombre de consommateurs (44 %) disent que leurs habitudes alimentaires à domicile sont très saines comparativement à ceux (14 %) qui disent la même chose sur leurs habitudes alimentaires à l’extérieur de la maison.
  • Comparativement aux autres allégations évaluées, les consommateurs sont plus susceptibles de payer plus pour un plat dont l’allégation implique des méthodes de production plus naturelles, comme «sans hormones» et «sans antibiotiques».
  • 46 % des consommateurs se disent aujourd’hui plus préoccupés par les additifs alimentaires qu’ils ne l’étaient en 2012.